Avantages et inconvénients des murs de qualité dans l’Automobile, et comment éviter les inconvénients (2º Partie)

Sans catégorie — Par Antonio Onteniente le 28 décembre 2008 à 4:53

Maintenant que nous avons définis les concepts nécessaires dans la 1º Partie, il est temps d’entrer au coeur de la question.

Imaginons la situation suivante: Un OEM détermine (selon la philosophie du zéro défaut) qu’un fournisseur a eu un ou plusieurs problèmes de qualité dans une période de temps réduite, et n’a pas confiance en les méthodes de contrôle de ses processus ; il « impose » un mur de qualité, avec les flux présentés dans le schéma ci-dessous.

mur de qualité automobile


















Problème :

Se crée alors une situation étrange dans laquelle d’une part l’OEM (en la personne de l’Ingénieur de Qualité Fournisseurs dans ce schéma) indique au Tier1 quelle entreprise va contrôler ses pièces; mais ce sera, d’autre part, ce même Ingénieur Qualité qui dirigera le personnel de la “Sort Company”. Pour le Tier 1, il ne reste plus qu’à payer les factures et tâcher d’améliorer ses processus afin qu’il n’y ait pas une seule pièce non conforme qui apparaisse.

Avantages du Mur de Qualité :

Il est vrai qu’il existe parfois dans les usines Tier 1 des dérives dans les processus, et que la qualité se dégrade. Instaurer un « mur de qualité » incite tout le monde à faire le nécessaire pour arranger la situation.

De plus, cela permettra toujours une amélioration de la qualité des véhicules, ce que nous, consommateurs, exigeons finalement.

Inconvénients du Mur de Qualité :

  • Réaliser une qualité excessive: Les entreprises “Sort Company” sont payées afin qu’aucune pièce NOK ne leur échappe. En tout logique, en cas de doute sur la conformité d’une pièce lorsqu’elles contrôlent les composants, elles préfèreront les placer dans la caisse rouge (pièces NOK). Dans d’autres cas, des pièces parfaitement fonctionnelles ont été refusées simplement à cause de leur aspect. Et je pourrais vous donner plus d’exemples encore.
  • Des coûts extrêmement élevés pour les Tier 1 : outre les factures pour le travail des opérateurs des “Sort Company”, les Tier 1 devront payer des factures supplémentaires venant des OEM, car l’implantation d’un mur de qualité implique des coûts logistiques internes dans leur usine. De plus, cela augmente le nombre de transports entre le Tier 1 et l’OEM, comme le montre le schéma.

Comment éviter les inconvénients :

Notre expérience nous montre qu’il est naïf de penser qu’en se contentant de travailler très bien pour arranger un processus causant des problèmes, le Tier 1 pourra éliminer rapidement le mur de qualité. Les entreprises raisonnant de la sorte ont vu que les murs ont duré deux fois, voire trois fois plus de temps que prévu. Que faire, dans ce cas ? Voici notre recette :

  • 1) Une bonne gestion du déroulement du mur de qualité
  • 2) Des réunions régulières entre le Tier 1, l’OEM et la « Sort Company ».
  • 3) Former les opérateurs du mur de qualité pour qu’ils réalisent correctement les mesures.
  • 4) Réaliser une copie de l’un des moyens de contrôle impliqué dans le processus. De sorte que le Tier 1 et les opérateurs du mur de qualité mesurent et contrôlent de la même manière.
Compartir:
  • Digg
  • Facebook
  • Google
  • LinkedIn
  • Meneame
  • Technorati
  • E-mail this story to a friend!
  • TwitThis

Laissez un commentaire

RSS pour les commentaires de cet article

Trackbacks

Laissez un Trackback